La castration du cobaye

 

 

Certains se disent peut-être qu'une castration peut aider à résoudre un problème de cohabitation entre mâles, ou permettre de faire cohabiter un mâle avec une ou des femelles sans risquer d'avoir des portées.

Je répondrai que la castration, opération très lourde et très peu pratiquée (maîtrisée) en France, ne doit en aucun cas être envisagée pour des raisons pratiques.
Seuls des motifs vétérinaires peuvent la justifier, ceci parce qu'une telle opération comporte plusieurs risques, même lorsqu'elle est pratiquée par le meilleur des vétérinaires spécialisés NACs. :


- infections post-opératoires
- gros risque hémorragique pendant l'opération (canaux des testicules sujets à hémorragie)
- risque anesthésique (le cobaye supporte mal l'anesthésie, même celle pratiquée au gaz)
-...

Le pronostic vital est engagé pour chacun de ces risques.
Que ça ait fonctionné pour certains (et tant mieux) ne garantit absolument pas que ça fonctionnera pour d'autres.



De plus, même avec une castration "qui se passe bien", rien n'est gagné d'avance :

- Un mâle castré "tard" (après l'âge de 7 mois) continuera de roucouler, de parader, et de monter la femelle. Ce qui change, c'est qu'un mois et demi après l'opération (pas avant), il ne sera plus fertile.
- L'autre raison pratique invoquée est celle de "faciliter" une cohabitation entre mâles. Là encore c'est un coup de poker. Une castration chez un mâle adulte qui a déjà sailli ne changera pas son caractère, elle le calmera un petit peu, voilà tout, et un mâle dominant et territorial le restera, castré ou pas.

Faire cohabiter des mâles est tout à fait possible, sans problème et sans castration. Il s'agit juste de respecter quelques règles très simples. Et si un cobaye ne cohabite pas car trop dominant ? Et bien il n'est pas malheureux parce qu'il sort malgré tout avec son ou ses congénère(s) plusieurs heures par jour sous surveillance.

Ce n'est pas au cobaye d'assumer les choix de l'humain.

 


Quand cette opération est préconisée par un vétérinaire pour des questions de santé :


- l'anesthésie doit obligatoirement être pratiquée au gaz (comme pour toute opération)
- la meilleure technique consiste à passer par voie abdominale (merci à C., sur C&H)
- le cobaye devra être placé sur alèses jetables changées régulièrement dans la journée pendant au moins 15 jours.



Myrtille a écrit:

Voici un "récit" complet sur le déroulement des complications de Swiffer :


On m'a donné un chon mâle d'1 an et demi cet été, mais j'avais déjà 3 chons femelles. J'ai demandé conseil à mon véto, qui m'a dit que pr son bien-être, il valait mieux le castrer et le faire cohabiter avec les filles (plutôt que de l'isoler). Pour ma part, j'avais fait part de mes doutes à mon véto (à propos de ce que je lisais sur les forums), mais il avait l'habitude des castrations de NAC, et m'a assuré que les complications étaient rares. :(

Swiffer a donc été opéré peu de temps après (sous anesthesie au gaz), tout s'est bien passé, il avait la forme! Les soins post-op ont été : cage séparée avec serviette comme "litière", désinfection de la plaie et antibio à la seringue dans la bouche tous les jours pendant une 10aine de jours.

Mais, peu de temps après, un de ses testicules a grossi, c'était un abcès. Le véto l'a donc re-opéré, et nous avons effectué les mêmes soins post-op. Malheureusement, l'abcès s'est reformé, et le véto a décidé de tout enlever comme s'il s'agissait d'une tumeur. Re-belotte pr les soins, et on s'en sort enfin! 2 mois passés tranquille, Swiffer était vif.

Seulement il y a 2 semaines, je vois qu'il n'a pas 1 abcès qui s'est reformé, mais 2 ! Visite chez le véto en urgence : celui-ci était perplexe, car il avait enlevé la "coque" contenant le pus, ce qui signifiait que maintenant s'il y en avait, c'était près des organes :s

Vient donc la 4e opération (castration + 3e opération pour des abcès), et des soins + costauds (antibio + autre chose pendant 1 mois). Dès le 2e jour d'antibio, Swiff mange moins, mais reste vif et câlin. Mais le 3e jour, c'est le drame : diarrhée, il ne s'alimente plus et reste prostré. Véto en urgence donc, mais Swiffer est déjà mal en point, le coeur qui bat faiblement, le corps froid...

Le véto décide de le mettre en couveuse à 37°, et nous lui laissons donc Swiffer. Mais le lendemain matin (donc le 30/10/08 ), je l'appelle pour savoir comment va mon petit, et là, c'est le drame : il m'annonce que Swiffer est mort, 1h après la consultation.


Maintenant je m'en veux de l'avoir fait castrer! Car c'est lors de la 1ère opération qu'il a chopé un "germe" qui a causé tous ces tracas, et finalement la perte de mon pauvre loulou.

Alors un conseil : NE CASTREZ VOTRE CHON QUE POUR RAISONS MEDICALES !!! Surtout pas pour un problème de cohabitation mâle/femelle, ou mâle/mâle, car :

1) vous n'êtes pas sûr que le problème sera résolu
2) il vaut mieux 2 cages, que plus de chons du tout :'(



Merci à Myrtille sur le forum d'avoir accepté de partager cette expérience. Merci à Swiffer.

 

_________________

Cidrolin pour © Cobayes et Cie, tous droits réservés, copie totale ou partielle interdite.

 

 

 

 

 

coiffure mode, dreadlocks, Dreadlocks en laineGuide Cobayes Rubriques CobayesRubriques Cobayes

Ce site est listé dans la catégorie Animaux : Cochon d'Inde de l'annuaire Actualité du référencement et Dictionnaire

WL Rank

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site